Sandrine Rousseau défend les luttes locales sur la ZAC des Portes du Tarn

Une quarantaine de personnes se sont réunies ce dimanche par un beau soleil pour discuter avec Sandrine Rousseau de la ZAC des Portes du Tarn et de son projet phare, l’entrepôt logistique géant TERRA 2, à l’initiative du collectif Stop TERRA 2. Des militants d’EELV, de la France Insoumise, d’ATTAC, d’habitant.e.s d’ici et d’ailleurs, et, en nombre, de Saint Sulpice Active et Citoyenne, avaient répondu à l’appel.

Loin des polémiques de la campagne électorale, l’économiste a défendu le rôle primordial des luttes locales dans le combat écologiste. Elle s’est positionnée pour la préservation de la biodiversité et des terres agricoles destinées à nourrir les populations locales, notamment dans le cadre d’un marché mondial des denrées alimentaires susceptible de déstabilisations d’ampleur, comme nous le prouve l’actualité récente. Rappelant les constats du dernier rapport du GIEC, elle a fustigé l’absurdité du modèle de développement économique et social de la logistique tout camion, et à plus forte raison le e-commerce de masse, en raison de la pollution induite et des conditions de travail de la filière.

Après avoir remercié les personnes présentes de leur invitation, elle les a félicitées de leur engagement et a proposé de porter un message à Carole Delga, présidente de la région Occitanie. Le collectif prend acte de la proposition et s’attelle à la rédaction d’un courrier dont il espère qu’il obtiendra enfin une réponse de la patronne de la région, pour l’instant insensible à ses sollicitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.