Lettre ouverte à Elisabeth Borne

Mme la Première ministre, Elisabeth Borne,

copie à la ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, Amélie de Montchalin,

et à la ministre de la transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher

Mme la Première Ministre,

C’est une évidence largement partagée : il est urgent d’agir pour la biodiversité[1]. Celle-ci est attaquée de toute part et connaît un effondrement inquiétant que documentent les scientifiques de façon alarmante et régulière.

Pour sa part, M. le Président de la République a déclaré récemment que « sa politique sera écologique ou ne sera pas » et s’est engagé à « léguer une planète plus vivable à la jeunesse ».

Vous -même affirmez qu’il y a urgence à prendre en compte le défi climatique et la protection de la biodiversité : « La transition écologique concernera tous les ministres, on est à un moment où on doit absolument accélérer sur les sujets de climat comme de biodiversité[2] »

De notre côté, notre collectif se bat pour la protection de la biodiversité sur la ZAC Les Portes du Tarn (81 et 31). Sur cette ZAC, gérée par des collectivités territoriales, ce sont plus de cent espèces protégées qui sont en danger au nom d’un développement économique contestable, puisqu’il est question d’y accueillir une plateforme logistique de 70.000 m2 tout camions notamment dédiée au e-commerce[3].

En février 2022, le juge des référés a ordonné la suspension à exécution de l’arrêté signé par les préfets du Tarn et de la Haute-Garonne autorisant la dérogation à l’interdiction de destruction des espèces protégées présentes sur le site. Curieusement, Mme Pompili, ancienne Ministre de l’écologie, s’est pourvue en cassation contre ce jugement.

Notre collectif partage votre constat : « la biodiversité est notre patrimoine commun et notre capital pour l’avenir » et « il est urgent de mettre la biodiversité au cœur de nos politiques publiques et d’agir pour la préserver dans nos territoires, avec l’ensemble des acteurs[4]». C’est pourquoi nous avons décidé de poursuivre notre participation à la défense des écosystèmes sur notre territoire. Par ce courrier, nous souhaitons vous alerter sur ce qui se passe chez nous : il est sûr qu’ « il faut aller plus vite et plus fort sur l’écologie[5] », « l’urgence est bien là[6] ».

Nous espérons un signe de votre part nous indiquant que, sur les territoires, ce positionnement sera transformé en actes. Nous nous mettons à votre disposition pour toute demande d’informations complémentaires ou pour d’éventuelles rencontres avec vos services.

Nous vous prions d’agréer, Mme la Première Ministre, l’expression de notre très haute considération.


[1] https://www.ofb.gouv.fr/il-est-urgent-dagir-pour-la-biodiversite

[2] https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/05/23/elisabeth-borne-fait-un-geste-envers-les-acteurs-de-la-biodiversite_6127381_823448.html

[3] https://www.facebook.com/StopTERRA2/posts/505828521210885

[4] https://biodiversite.gouv.fr/

[5] https://www.francetvinfo.fr/politique/elisabeth-borne-il-faut-aller-plus-vite-et-plus-fort-sur-lecologie_5142328.html

[6] lemonde.fr, art. cit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.