Lettre ouverte des collectifs Stop TERRA 2 et La Voie est Libre

à Mme Carole Delga, Présidente de la région Occitanie,
et M. Christophe Ramond, Président du conseil départemental du Tarn

Partout en France, en Europe, et dans le monde, sévit actuellement un épisode exceptionnel de chaleurs extrêmes.

S’il ne fait aucun doute que cette situation est une conséquence du changement climatique, causé pour une large part par l’accumulation de nos rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, on ne peut en aucun cas ignorer le rôle aggravant de « radiateur solaire » que jouent les surfaces artificialisées (+10° par rapport à des surfaces végétalisées !) qui représentent déjà 50.000 km2, soit 9,3 % du territoire métropolitain, et s’accroissent de 1,65 km2 supplémentaire par jour. Les scientifiques du GIEC ont annoncé de longue date les effets prévisibles de ce dérèglement : vagues de très fortes chaleurs, incendies de forêts qui démarrent plus facilement et se propagent plus vite lorsque les températures sont plus élevées (ces incendies étant eux-mêmes un facteur aggravant du changement climatique), tempêtes plus violentes et plus fréquentes, pénurie d’eau et accroissement des sécheresses… Nous y sommes déjà !

Sans des actions radicales et immédiates, il ne fait plus aucun doute que ces événements extrêmes seront plus fréquents et plus intenses, rendant nos vies de plus en plus difficiles voire impossibles par endroits.

Les collectivités territoriales ont un rôle décisif à mener dans cette lutte et disposent de compétences et d’outils leur permettant d’être des acteurs clés dans ce combat. Les transports sont la première source de gaz à effet de serre en France métropolitaine et la deuxième au niveau mondial. Il n’est plus acceptable dans ces conditions que des collectivités décident de mener des aménagements qui vont accentuer le changement climatique, comme la construction d’une autoroute ou le soutien à l’implantation d’une plateforme logistique géante. Le temps du « TINA » (There Is No Alternative) est derrière nous. Limitons dès aujourd’hui l’artificialisation des terres, sauvegardons les terres agricoles et la biodiversité, aménageons l’existant et choisissons d’intégrer l’économie à l’écologie et de développer des activités et des emplois de proximité qui serviront la bifurcation écologique.

En tant que présidente et président de collectivités territoriales, vous portez la responsabilité de prendre en compte le changement climatique et d’impulser toutes les mesures indispensables pour le contenir. Il n’est pas cohérent de saluer le courage indéniable des pompiers et, « en même temps », de soutenir des projets néfastes pour le climat et le vivant. Il faut se mobiliser contre la source même des problèmes. Les avis des scientifiques du GIEC sont sans appel : il y a vraiment urgence à agir car, si l’on temporise encore, nous risquons de perdre toute maîtrise sur les événements.

Sur notre territoire, nous vous demandons donc de renoncer à la construction d’une autoroute entre Castres et Toulouse et à l’accueil de TERRA 2 sur la ZAC Les Portes du Tarn, deux projets climaticides et écocides.

Nous vous demandons instamment de garantir un avenir vivable aux habitants que vous représentez. Espérant être entendus, nous vous prions de recevoir nos salutations respectueuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.