À propos du plan climat-air-énergie territorial intercommunal de la Communauté de communes Tarn-Agout

À l’attention de M.Gérard Portes, président de la Communauté de communes Tarn-Agout (CCTA), des élus en charge du plan climat-air-énergie territorial (PCAET) et des élus membres du SMIX Les Portes du Tarn.

Nous accusons par la présente réception du courrier de M. Portes, daté du 21 juillet 2022 et concernant le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) intercommunal. Veuillez trouver ci-après quelques éléments de réflexion.

Financement du PCAET

D’une façon générale, nous regrettons qu’aucune priorité n’ait été établie parmi les actions à mener et qu’il ne soit pas précisé à quelle échéance elles seront exécutées[1]. L’argent étant « le nerf de la guerre », nous déplorons également l’absence d’un budget prévisionnel annuel à horizon 2030 et 2050 dans les documents rendus publics. Une telle planification budgétaire aurait donné une indication sur l’importance accordée par la CCTA à la mise en œuvre concrète de son PCAET. Pour marquer la réelle volonté de la CCTA à agir contre le changement climatique, et dans un souci d’efficacité et de transparence, il conviendrait d’établir un budget intercommunal au regard des enjeux climatiques[2].

Information du public

Il est nécessaire d’associer les habitants aux décisions des élus concernant le PCAET. Les consultations numériques auprès des habitants du territoire ayant des limites évidentes, nous demandons l’organisation d’une réunion publique sur l’avancement du PCAET.

Plateforme logistique TERRA 2

La CCTA est membre du SMIX Les Portes du Tarn. M. Portes est administrateur de la SPLA 81 et soutient l’implantation de TERRA 2[3]. Gouverner, c’est prévoir : si TERRA 2 s’implante, les émissions de gaz à effet de serre (GES) augmenteront, tout comme les émissions de polluants atmosphériques et leur concentration, tandis que le stockage de carbone par le sol diminuera. Par ailleurs, TERRA 2 ne s’engage ni à produire de l’énergie renouvelable (documents mis à l’enquête publique en 2018), ni à pratiquer un transport multimodal en faisant le choix volontaire du tout camion. L’implantation de TERRA 2 pèsera donc négativement et de façon conséquente sur le changement climatique, sur la qualité de l’air et la consommation d’énergie fossile sur le territoire. Dans le document « stratégie » du PCAET, il est question d’un « scénario tendanciel, basé sur les évolutions démographiques et économiques prévues sur le territoire ». Pourtant, il n’est nulle part pas fait état de TERRA 2 dans le PCAET. Pourquoi une telle omission ? Les habitants du territoire mériteraient d’être avisés des conséquences chiffrées d’une telle implantation, d’avoir une idée des mesures supplémentaires à prendre pour compenser les effets de cette implantation et de pouvoir juger en connaissance de cause du bienfondé de l’accueil de TERRA 2.

Climatoscepticisme ?

Les collectivités territoriales ont un rôle majeur à jouer concernant l’urgence climatique. Cet été, canicules, sécheresse extrême et incendies géants confirment, si besoin était, que le changement climatique est déjà à l’œuvre et qu’il convient de prendre des mesures urgentes et radicales pour nous permettre de continuer à habiter une planète vivable. Nos collègues de l’interasso du Vaurais nous ont rapporté des propos inquiétants tenus lors de la réunion du 23 juin 2022 qui relèveraient du climatoscepticisme, en relativisant l’importance des rapports du GIEC ou en mettant en doute la nécessité d’agir en local. Les élus décisionnaires de la CCTA ont non seulement la responsabilité de conduire des actions efficaces en faveur de la lutte contre le changement climatique et ses effets, mais aussi de convaincre l’ensemble des habitants du territoire de la légitimité de ce combat et de les accompagner vers plus de sobriété.

Quelle serait la sincérité de l’engagement de la CCTA en faveur d’un PCAET efficient si les élus qui le portent ne sont pas convaincus eux-mêmes de l’origine humaine du changement climatique et de ses conséquences mortifères ? La question est d’une réelle importance.

Il y a donc absolue nécessité à ce que l’ensemble des élus communautaires se forment à la question du changement climatique.

En conclusion, sur le dossier spécifique TERRA 2, nous demandons une nouvelle fois à rencontrer les élus de la CCTA membres du SMIX Les Portes du Tarn, et renouvelons notre appel à revoir l’aménagement global de la ZAC Les Portes du Tarn pour n’accueillir sur la zone que des activités qui serviront la bifurcation écologique indispensable à un avenir soutenable pour les habitants du territoire.


[1] https://www.cc-tarnagout.fr/?-Le-Plan-climat-air-energie-territorial-

[2] https://www.i4ce.org/publication/evaluation-climat-des-budgets-collectivites-territoriales/

[3] https://www.portesdutarn.fr/Actualit%C3%A9s/terra-2-les-partenaires-institutionnels-de-la-s-p-l-a-des-portes-du-tarn-retablissent-la-verite-apportent-des-garanties-et-rappellent-leur-mobilisation-en-faveur-de-ce-projet-davenir-pour/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.